''J'ai lu, j'ai vu, j'ai entendu et j'en parle!" 
 Ses lectures à découvrir 
 Envoyer un message à Jean 
 Retour au site ... 
Août 2002

"Sacré Blues"
Bonjour,

Je viens de finir le livre "Sacré Blues" de Taras Grescoe. C'est un livre écrit sur le Québec par un anglophone originaire de Vancouver qui a vécu quelques années au Québec. Dans un style de journalisme d'enquête, il a rencontré diverses personnalités québécoises francophones et anglophones pour brosser un portrait assez fidèle.

Il a quand même le biais des intellectuels anglophones qui érigent le multi-culturalisme en religion. Les intellectuels canadiens anglais sont très fiers des quartiers ethniques de Toronto et Vancouver où on se croirait aux Indes ou en Chine. Le multi-culturalisme différencie le Canada des Etats-Unis où on parle de "melting-pot" et où on privilégie un seule culture. Le Québec qui s'accroche à sa culture unique et qui essaie d'assimiler les immigrants choque les biens-pensants de Toronto. D'un autre côté, les Québécois voient le multi-culturalisme comme une tentative de les marginaliser et de placer la culture française au Canada sur un pied d'égalité avec la culture ukrainienne ou polonaise. Les Québécois voient dans le multi-culturalisme une tentative de faire d'eux un groupe ethnique parmi tant d'autres alors que les Anglophones voient le multi-culturalisme comme étant un façon de rendre tous les individus égaux quel que soit leur origine ethnique.

C'est la principale thèse du livre: les Québécois apportent de l'importance aux droits collectifs comme en Europe et les Anglophones ne pensent qu'aux droits individuels comme aux Etats-Unis.

Une part de l'incompréhension vient du fait que les Québécois veulent être reconnus collectivement comme peuple distint alors que pour les Anglophones il n'existe qu'un seul peuple canadien multi-culturel et ni les Québecois ni les Indiens ne devraient avoir de privilèges. Je suis assez d'accord avec cette explication.

L'auteur s'étonne de l'ardeur des Québécois à se définir comme "pure laine" alors que la plupart d'entre eux ont du sang indiens ou irlandais. Notre volonté à défendre notre langue et notre culture semble se raprocher du racisme mais cette attitude est partagée par les minorités en Europe (Basques, Corses, Irlandais catholique) et au Québec le nationalisme est beaucoup moins violent qu'en Europe. Au Québec aussi, il y a moins d'incidents racistes que dans les multi-culturelles Toronto, Vancouver ou Calgary. L'auteur fustige aussi le parti Egalité, même si les Anglophones subissent quelques désagréments au Québec, ils ne sont PAS une minorité opprimée comme les Musulmans de Bosnie.

Le paradoxe, c'est que les Québécois, qui ne veulent pas se faire assimiler par les Anglais, cherchent à assimiler leurs immigrants et leurs indiens. On veut faire des "pures laines" avec des Hurons, des Libanais, des Mexicains. L'immigration est même vue comme une solution au problème de dénatalité... Moi, je dis que le renouvellement du Québec ne passe pas par le fait d'obliger les Libanais à manger de la poutine, les immigrants feront bien le pays qu'ils veulent.

Une question se pose, les Québécois qui se comportent tellement comme des Européens sont-ils des Français, des Européens ou des Américains. Des entrevues avec diverses personnalités permettent à l'auteur de conclure que les Québécois ne sont plus des Français, des différences importantes de mentalité s'étant installées depuis longtemps, mais ne sont pas vraiment des Américains. En fait, le Québec a une élite très influencée par la France, Bourassa a étudié en France et de nombreux intellectuels de La Presse ou Radio-Canada ont un biais très francophile, mais le peuple québécois est très américanisé et tous les Québécois restent un peu repliés sur eux-mêmes jusqu'à un certain point. Le Québec est replié sur lui-même parce que la plupart des émissions de télévision les plus écoutées au Québec sont québécoises, alors que même en France les émissions américaines traduites sont les plus populaires, et le Québécois moyen s'intéresse peu à ce qui se passe hors du Québec. Les classes les plus aisées québécoises mangent du fromage au lait cru, boivent de la bière importée de Belgique, regardent des films français. Les Québécois instruits jouent au Français mais en même temps regardent les téléromans québécois et conduisent des gros 4X4. Les Québécois moyens sont plus américanisés, la bière la plus vendu reste la Bud, la nourriture des restaurants économiques est très américaine, les films français sauf quelques comédies attirent peu de gens. Qu'est-ce que vous en pensez ?

Le livre parle aussi du conflit entre Indiens et Québécois. Les Indiens ne laisseront pas les Québécois avoir leur société distincte s'ils ne l'ont pas eux-mêmes. Les Québécois veulent que les Indiens parlent français, travaillent dans les villes et deviennent de bon "pure laine" alors que les Indiens veulent continuer à chasser et à pêcher comme il y a mille ans (mais avec des fusils). Les Indiens du Québec sont plus riches que ceux des autres provinces mais c'est ceux qui crient le plus à l'oppression. L'Alberta ou l'Ontario sont-ils plus gentils avec les Indiens que nous... A lire les médias on dirait que oui. Les intellectuels anglophones sont pour les droits des Indiens mais les politiciens albertains ne sont pas très généreux avec les Indiens.

Le livre conclut que les Québécois ont beaucoup à perdre à se lancer dans la mondialisation. L'identité québécoise est originale et attachante, ce sont les plus Européens des Nord-Américains. Si les Québécois se débarassent de leur "élite intellectuelle" (la société québécois est très égalitaire et anti-élite) de gens très influencés par la France et se jettent dans la mondialisation, les Québécois perdront leur Ame et deviendront comme les Canadiens-Anglais des Etats-Uniens tout simplement. Le Canada anglais devrait essayer de comprendre et accorder les droits collectifs que les Québécois réclament sinon le Canada perdra sa spécifité qui le distingue des Etats-Unis.

Ce livre est intéressant et permet de réfléchir sur nous-mêmes et de voir un point de vue extérieur au Québec.

Jean

Lexique Français-Québécois sur l'hiver
QUÉBEC
1. Tuque
2. Foulard
3. Mitaines
4. Froc
5. Gilet
6. Veste de laine
7. Bas
8. Claque
9. Banc de neige
10. Slush
11. Poudrerie
12. Ski-Doo, Moto-Neige
13. Souffleuse
14. Gratte
15. Bâton de hockey
16. Rondelle de hockey
17. Il est tombé deux pieds de neiges
18. Il fait juste 0 Celcius
19. Y fait frette!
20. Y fait frette en maudit!
FRANCE
1. Bonnet de laine
2. Echarpe
3. Mouffles
4. Pantalon
5. Pull
6. Gilet de laine
7. Chaussettes
8. Couvre-chassure en cahoutchouc
9. Congère
10. Neige fondante mêlé d'eau
11. Blizzard
12. Scooter des neiges
13. Chasse-neige
14. Camion avec une pelle qui repousse neige sur le côté de la route.
15. Crosse de hockey sur glace
16. Palet de hockey sur glace
17. Une tempête qui laisse 60 cm de neige!
18. Il fait très froid
19. Le thermomètre indique -20
20. Le thermomètre indique -35



 Marie-Panic Inc. 2004
+ www.CestPasCher.com
+ www.ParisQuebec.com
 © Tous droits réservés.
  Conception des Sites +   * LOGO PARISQUEBEC *
   www.CestPasCher.com     +   www.ParisQuebec.com
   par    Marie-Panic   !
 Conception de vos sites ? 
 Contactez    Marie-Panic !

 * ENVOI DE POESIE *  
 Pondez un texte poétique
  et gagnez le coeur de vos lecteurs!
  sans  copyright !
(Retour au logo!)